Castelmoron-d'Albret : une visite "pas à pas"

L’entrée du bourg

En quittant la D 230 vous longez sur votre gauche les premières maisons de Castelmoron (celles de droite sont dans Saint-Martin-du-Puy) ; en tournant à gauche vous pénétrez dans le village par l’emplacement de l’ancienne porte principale, la porte du Nord. Immédiatement à gauche, surplombant le vide, une placette domine le lavoir communal, voisin de la sortie du réseau souterrain creusé dans le calcaire. Remontez la "Grand rue", prenez le temps de remarquer des fenêtres à meneaux sur plusieurs façades.



La maison du sénéchal

Quand vous débouchez sur la place de la halle, la maison qui fait l’angle sur votre gauche était le siège de la sénéchaussée. Elle comprenait la salle d’audience du tribunal et des bureaux de la trésorerie. L’escalier proche au nom évocateur de "Ripecul" permet de descendre au pied du village. C’est peut-être par cet étroit passage que, en 1775, comme prémices à la Révolution française, quelques centaines de paysans vinrent manifester leur mécontentement à l’annonce d’une taxe supplémentaire sur le cheptel vif, et saccagèrent la maison du sénéchal réparée en 1776.


La halle en bois

Face à vous la petite halle restaurée en 1923. Elle était utilisée lors des quatre foires annuelles. Jusqu’en 1991, elle a servi de préau pour l’école située en face dans l’ancien palais ducal.


Le palais ducal. Sur la gauche de la halle, observez l’ancien palais ducal de la sénéchaussée. Il a été profondément modifié au XIXe siècle, mais deux cachots voûtés, utilisés jusqu’à la Révolution, sont encore visibles au sous-sol.L’édifice fut occupé par l’école, la poste, la mairie qui seule subsiste. Sur la façade, le blason de Castelmoron porte un serpent évoquant le ruisseau du Ségur. Longez l’édifice et poursuivez votre visite en cheminant rue de l’Amitié


L’hôtel des Albret

Au fond de la rue de l’Amitié, la maison composée d’un corps de logis et de deux ailes encadrant une cour est parfois appelée «Maison de Jeanne d’Albret» en l'honneur de la mère d’Henri IV. C’était l’hôtel de la famille d’Albret qui l’a remanié au XVIe siècle, notamment en ouvrant de grandes baies sur le vallon du Ségur.

Un petit tour

Retournez sur vos pas, tournez à droite pour emprunter la rue des jasmins jusqu’à hauteur de la halle.

La place publique ou place de la Tranchée

A gauche, voici la place du village, ancienne place d’armes, appelée «place de la Tranchée». Ce nom rappelle peut-être le stratagème employé en 1345 par le comte Derby lors du siège au cours duquel le château de Castelmoron aurait été détruit par le parti anglais. Un espace vert sur l’emplacement d’une maison détruite agrandit désormais cette place publique et offre une vue sur le vallon du Ségur ainsi que sur le moulin. Retournez sur vos pas et descendez vers la porte.

Sur l’espace vert de la place de la Tranchée, une croix ancienne fait office de monument aux morts.

La porte du moulin : Voici la seule porte fortifiée restant encore dans la cité. Malgré la forte pente, les charrettes empruntaient ce passage qui conserve ses pavés. Ce chemin que l’on appelle d’ailleurs le "pavé", descend vers le moulin sur le Ségur. C’était autrefois la route pour aller à La Réole. Franchissez la porte, levez la tête, et vous apercevrez le passage destiné à la herse.





Les mangeoires. A votre droite, dans une ancienne écurie, un des éléments les plus curieux de Castelmoron : deux blocs calcaires creusés de trois auges qui recevaient les grains pour les chevaux.


Les remparts : Les hautes murailles qui, à votre gauche, dominent le «pavé» constituaient une partie des remparts de Castelmoron. Remarquez l'appareillage de la base, en grosses pierres, fort bien taillées, qui datent du XIIe siècle. Les maisons actuelles ont été édifiées sur les remparts ; plusieurs de leurs ouvertures datent du XVIe siècle. Vous pouvez descendre vers le ruisseau (le Ségur) et observer l'imposante assise calcaire du site.


Les maisons à balcons de bois

Remontez vers la porte et tournez à gauche.

En contournant le bourg, vous apercevez sur votre droite d’autres vestiges de remparts et une tour qui faisait partie du système défensif du site. Vous pouvez rejoindre le bas de Castelmoron par le lavoir, en empruntant, depuis la première placette, l’escalier d’où vous aurez une vue sur les maisons à balcons de bois.



Autres curiosités

Sur une des maisons de la rue de l’Amitié, l’inscription «La gavache», gravée lors d’une restauration fin XXe siècle, rappelle l’immigration de populations de langue d’oïl dans la région à l’époque médiévale et sous l’Ancien Régime.

A l’entrée de la «Grand rue», sur la droite, se situe la salle des fêtes créée en 1989 à partir de deux maisons mitoyennes. Une des salles voûtées a été réhabilitée ; la tradition orale rapporte qu’il aurait pu s’agir d’un temple protestant, la religion réformée ayant eu des adeptes à Castelmoron et dans les environs qui faisaient partie du duché d’Albret. L'ensemble présente plusieurs niveaux : c'est un cadre propice aux expositions.

Dans le bourg, on remarque quelques grilles d'impostes en fer forgé. L’une d’entre elles, ornée de roses et datant du XVIIIe siècle, serait une création du maître ferronnier Blaise Charlut (1715-1792) qui résidait à La Réole.